Histoire

C’est dans le « castrum » (château fort) d’Aire, édifié par le Comte de Flandres Baudoin II, aux environs de l’an 900, que Baudouin V, Comte de Flandre, voulut établir un chapitre de chanoines. Il semble avoir signé la charte d’institution en 1059 et fait commencer la construction de l’église collégiale destinée à remplacer la chapelle castrale existante. Nous ignorons tout de cette chapelle qui se trouvait sans doute à l’emplacement même de l’église actuelle ou dans le voisinage immédiat.

Il est par contre certains – une charte de Philippe Ier roi de France confirmant les privilèges du chapitre en administre la preuve – que les travaux de construction étaient en cours en 1075. A cette époque, la chrétienté, remise des terreurs de l’An Mil et de la crainte de la fin du monde, se donnait toute entière à la reconstruction de ses églises avec une foi sans égale.

Baudoin V avait institué un chapitre de 14 chanoines pour desservir la nouvelle église. Les papes Pascal II et Calixte II confirmèrent en 1104 et 1119 l’institution de cette collégiale.

La construction de l’église dura près d’un siècle et les travaux ne furent achevés que vers 1160. On sait en effet que la consécration d’une église ne peut intervenir qu’après son entier achèvement. Or Milon, évêque de Thérouanne, ne procéda à la consécration de Saint-Pierre qu’en 1166, ainsi que le rapporte GUIARD des MOULINS. Cette cérémonie fut d’ailleurs précédée de graves incidents autour d’une relique de Saint Jacques et c’est la raison pour laquelle nous sommes si bien renseignés.

L’église ne possède alors qu’une nef unique, charpentée, ajourée de baies en plein cintre, surmontant une haute paroi. La toiture est en tuile. La façade est surmontée d’un pignon triangulaire. Une porte à penture occupe toute la largeur et presque toute la hauteur de la façade. L’église est dotée d’un élégant clocheton gothique. Le sommet du mur gouttereau sud de la nef est curieusement crénelé.

Lors des travaux effectués en 1983 dans le chœur de Saint-Pierre, ont été mis à jour les vestiges romans des fondations d’une ancienne église. Elle était donc bien, comme on le supposait, au même endroit que l’église actuelle, mais de moindre dimension. Ces vestiges sont aujourd’hui visibles grâce à une grille placée dans le chœur.

Un épouvantable incendie ravage la ville d’AIRE en 1405 (400 maisons auraient été détruites) mais on ne sait si l’église fut atteinte. Quoi qu’il en soit, il semble bien que l’édifice était en mauvaise état au début du XV° siècle et qu’une réfection s’imposait. Le chapitre décida alors de construire une nouvelle église plus grande et plus solide, mais on ignore à quelle date cette décision fut prise.

collegiale_dessin

Chronologie succinte

Dans cette église, nous sommes au choeur de l’histoire religieuse d’Aire-sur-la-Lys qui s’est souvent confondue avec l’histoire des Pays-Bas méridionaux et du Nord de la France. . 900 : Fondation d’un castrum sur les bords de la Lys par Baudoin II 1059 : Institution du chapitre de Saint-Pierre d’Aire-sur-la-Lys par Baudoin V 1166 : Consécration de l’église …

Voir la page »

L’église du XVIème siècle

La première mention d’une nouvelle église se trouve dans une sentence judiciaire capitulaire prononcée le 19 décembre 1492. Les travaux de construction étaient alors commencés. A partir de 1503, tous les testaments des chanoines comportent une clause en faveur des nouveaux ouvrages de l’église. Une bulle du Pape Clément VII nous apprend que depuis quelques …

Voir la page »

La reconstruction

Aire devenue provisoirement hollandaise, les chanoines entreprirent des démarches à La Haye auprès des États-Généraux et auprès du Prince Eugène de Savoie pour obtenir des subsides, mais sans résultats. Le traité d’Utrecht, signé le 11 avril 1713, rétrocédait Aire à la couronne de France. Le prévôt Nicolas de Monchy se rendit à Versailles pour obtenir des …

Voir la page »

La tourmente révolutionnaire

L’Assemblée Nationale constituante avait décidé la vente de tous les biens ecclésiastiques au profit de la Nation et la suppression des chapitres, que l’abolition des droits féodaux et de la dîme avait déjà privés de leurs revenus. Le 1er juin 1790, le chapitre tient sa dernière réunion et après avoir envoyé à l’assemblée une émouvante …

Voir la page »

L’œuvre de Mgr Scott

La devise de Mgr SCOTT était : « Dilexi decorem domus tuae » (j’ai aimé la splendeur de ta maison). Toute l’énergie et toute la fortune de Mgr SCOTT, furent employées à mettre cette devise en application. Entre 1832 et 1868, Mgr SCOTT, va entièrement réaménager l’intérieur de l’église Saint-Pierre. En voici le calendrier succinct: 1833 : …

Voir la page »

Le bombardement de 1944

Dans la nuit du 8 août 1944, AIRE subit un effroyable bombardement.En 20 minutes, 2 500 bombes s’abattirent sur le quartier de Saint-Pierre et le hameaux avoisinants. Une bombe de fort calibre écrasa l’abside et ses chapelles, et par son souffle désorganisa les voûtes hautes, pulvérisa vitraux, réseaux, jeux de l’orgue et une grande partie …

Voir la page »