↑ Revenir à Visite de la collégiale

Le mobilier de la collégiale

Trop d’évènements malheureux sont survenus au cours des siècles pour que subsistent des éléments anciens, à l’exception toutefois du buffet d’orgue.
[break]

L’orgue

Il est installé sur la tribune dans le narthex. Le buffet provient de l’abbaye de CLAIRMARAIS. Il a été acheté en 1792 par le curé constitutionnel de Saint-Pierre, Joseph COURTOIS. Il a été construit vers 1633 et sculpté par Gérard SIBRIECQUE, artiste de NIVELLES. La menuiserie a été faite par Maître CREPIN.

Il suscitait au XVIII° siècle l’admiration unanime et les Bénédictins de Saint-Maur, dans leur célèbre « voyage littéraire » le citent avec grands éloges.

C’est un magnifique travail en bois de chêne. Il comporte un grand nombre de statues de différentes tailles et un cadran d’horloge. La statue de la Vierge qui se trouve actuellement dans la chapelle du Saint-Sacrement se trouvait avant 1963 dans la niche au sommet de l’orgue. Elle a été remplacée par une statue de Saint Pierre.

L’orgue lui-même a été installé en 1793 par FREMAT, facteur d’orgues à DOUAI. Il a été restauré en 1840 par DANJOU. Il a énormément souffert du bombardement du 8 août 1944. Démonté et remis en état par MERKLIN à LYON, il a été inauguré le 17 octobre 1965. Le buffet a été restauré par LAMOTTE.

De nouveaux travaux ont été faits en 1980 par CAMUS d’AMIENS qui l’a doté de nouveaux jeux. Il a été remis en service le 12 octobre 1986.

Il faut observer que la tribune construite au fond de l’église pour installer le buffet d’orgue a détruit l’harmonie de cette partie de l’édifice, réduit de 2 travées la longueur de la nef et créé une zone d’obscurité à l’entré principale.
[break]

La chaire

Elle date de 1845 et est l’œuvre de BOILEAU. Son abat-voix surmontait précédemment le jubé où il a été remplacé par un calvaire. 4 ogives trilobées font encadrement aux statues des 4 évangélistes de grandeur nature. Au sommet du Dôme, statue du Christ.
[break]

Le jubé

Installé en 1842. Il est en bois sculpté et comporte un double escalier replié, 3 arcades surbaissées munies de contractures trilobées. Un calvaire sur l’arcade centrale forme l’abat-voix d’une tribune qui n’a pas été utilisée comme chaire.

Les Beaux-Arts ont rétabli la Croix en 1978. Elle porte un Christ réhabilité par LAMOTTE. Les statues de la Vierge et de Saint Jean n’ont pas été rétablies.

Le jubé a été classé en 1977, comme témoin de la sculpture d’une époque où l’on imitait le Moyen-Age et Mgr SCOTT a certainement été influencé par ce que l’on réalisait alors dans les églises anglaises qu’il connaissait bien.
[break]

Le maître-autel

En marbre blanc avec Saint Pierre en relief sur sa devanture, a été pulvérisé le 8 août 1944. Il datait de 1786. Mgr SCOTT l’avait fait consacrer par Mgr LEQUETTE le 17 juillet 1871.

La grille qui entourait le chœur a également été détruite le 8 août 1944. Elle avait été installée en 1842.
[break]

Les boiseries et grilles des chapelles

Les boiseries des chapelles ont été réalisées par BOILEAU et LEGRIS pour la chapelle qui sert de sacristie et pour la chapelle du Saint-Viatique.

Des clôtures de marbre réalisées en 1645 fermaient la chapelle de Sainte Aeliana. Les bas-côtés étaient fermés par des boiseries ou grilles sculptées. Il reste une grille à la chapelle des Fonts baptismaux.

Sur la clôture en marbre polychrome de cette chapelle érigée par le chanoine DESLYONS se trouvait une Vierge à l’enfant en marbre blanc que l’on appelait « Notre Dame des Neiges ».

Cette Vierge, retrouvée dans les ruines de l’église après le bombardement de 1944, n’est plus présentée au public.

Elle est cependant d’une grande beauté et présente toutes les caractéristiques des Madones du XIV° siècle. Elle a été sculptée entre 1300 et 1350. Tout permet de penser qu’elle est la Vierge que Thierry de HERICON, prévôt du chapitre à partir de 1309, conseiller de la comtesse Mahaut d’Artois et évêque d’ARRAS, donna au chapitre.

Les statues

Notre Dame des Neiges Sur la clôture en marbre polychrome de la chapelle érigée par le chanoine Deslyons se trouvait une Vierge à l’enfant en marbre blanc que l’on appelle « Notre Dame des Neiges » Cette vierge, retrouvée dans les ruines de l’église après le bombardement de 1944, est d’une grande beauté et présente toutes les caractéristiques des …

Voir la page »