Les statues

Notre Dame des Neiges

Sur la clôture en marbre polychrome de la chapelle érigée par le chanoine Deslyons se trouvait une Vierge à l’enfant en marbre blanc que l’on appelle « Notre Dame des Neiges »

Cette vierge, retrouvée dans les ruines de l’église après le bombardement de 1944, est d’une grande beauté et présente toutes les caractéristiques des madones du XIVème siècle. Elle a été sculptée entre 1300 et 1350. Tout permet de penser qu’elle est la Vierge que Thierry de Hériçon, prévôt du chapitre à partir de 1309, conseiller de la comtesse Mahaut d’Artois et évêque d’Arras, donna au chapitre.
[break]

Notre Dame Panetière

La statue de Notre-Dame Panetière que l’on voit à la croisée du transept a été reconstituée à l’aide des morceaux récupérés de l’ancienne statue pulvérisée lors du bombardement du 8 août 1944. Ce travail a été effectué par Degeldere et Paul Petit. La statue a été installée à Saint-Jacques le 15 août 1947 avant de réintégrer Saint Pierre le 15 août 1954.

Elle date de 1510 et a été commandée par la Confrérie de Notre-Dame Panetière. Le nom du tailleur d’image n’est pas connu, mais elle est sûrement de provenance locale. Ce pourrait être Pierre de Sieure, qui jouissait alors d’une grande réputation et vivait à Aire.

De nombreux ouvrages traitent de cette confrérie et du culte de Notre-Dame Panetière à Aire. Une notice placée près de la statue raconte son histoire. En bois doré, elle est d’une grande beauté et est le joyau de l’église.
[break]

La vierge à l’enfant

L’autre statue de la Vierge qui se trouvait dans l’orgue a été descendue en 1963 par le sculpteur Léon Lamotte, frappé de sa beauté. C’est un travail de la fin du XV° siècle d’origine inconnue. La facture est flamande. La statue polychrome en bois devait être ornée de pierreries. Elle a été nettoyée en 1964 et installée dans la chapelle du Saint-Sacrement.

Cette statue est de même facture que la Vierge Panetière et sort du même atelier. Elle correspond à quelque réalisation monumentale décidée par le chapitre. Notre-Dame Panetière est une Vierge dite de l’Assomption alors que celle-ci est une Vierge à l’enfant, où l’image de la maternité divine s’exprime de façon plus majestueuse.
[break]

Les autres statues

Les autres statues de l’église n’offrent aucun intérêt, sauf les statues du buffet d’orgue, mais elles sont malheureusement difficiles à observer. On peut citer cependant la statue de saint Pierre au-dessus du portail principal à l’extérieur et dans la chapelle du Saint-Sacrement deux belles statues de saintes.

Jusqu’en 1840, le chœur était orné de 4 statues représentant les vertus cardinales. Elles avaient été placées dans le buffet d’orgue en 1793, quoique ayant une autre provenance. Le curé Asselin les avait fait mettre dans le chœur. Mgr Scott en fit don à la municipalité. On peut les voir à l’Hôtel de ville d’Aire. C’est un travail flamand de la 2° moitié du XVI° siècle.

On a adossé à l’un des piliers du chœur le Dieu de Pitié qui se trouvait autrefois dans une petite chapelle sur la route de la Jumelle. Son origine est inconnue.

Une reproduction e la célèbre statue de la chaire de saint Pierre à Rome, dont la tradition veut que l’on baise le pied, a été érigée au fond de l’église. Dans la nef latérale droite, on peut voir une belle statue de saint Benoît Labre.

Le monument de Mgr Scott comme celui du chanoine Marette, doyen de 1899 à 1910, qui se trouvaient dans la chapelle de Notre-Dame Panetière, n’existent plus.