↑ Revenir à Visite de la collégiale

Plan d’ensemble

Les dimensions de l’édifice sont impressionnantes :vue_interieur

  • Longueur totale extérieure : 105 m
  • Largeur totale extérieure : 40 m
  • Longueur intérieure d’un mur à l’autre du transept : 33 m
  • Largeur de la nef principale : 10 m
  • Largeur des collatéraux : 3,80 m
  • Hauteur de la tour : 65 m
  • Hauteur des grandes voûtes : 20 m
  • Hauteur des voûtes sous collatéraux : 10 m

Le rez-de-chaussée est gothique, par contre les étages supérieurs de la nef et du chœur, transept exclu, ont été rebâtis dans les années 1730 dans les formes de l’âge classique. Il en est de même pour toutes les voûtes hautes pour lesquelles, en plein milieu du 18° siècle, on a conservé la structure gothique de la croisée d’ogives; seul le décor exprime l’époque et a le caractère baroque des édifices du Nord de la France.

Le narthex situé sous la tour est en partie occupé par la tribune de l’orgue et occupe 2 travées. La nef centrale comprend 7 travées flanquées des bas-côtés et de chapelles latérales.

Au-delà de la croisée du transept s’étend un vaste chœur qui comprend pas moins de 4 travées terminées par une abside à 5 pans. Au-delà des chapelles droites qui accompagnent les collatéraux s’amorce la ligne polygonale du mur d’enveloppe des 5 chapelles rayonnantes, les 2 premières de plan pentagonal, les 3 autres hexagonales.

L’élévation de l’édifice est à 3 niveaux comme dans toutes les grandes églises flamboyantes des Pays-Bas méridionaux. Les piles sont constituées de noyaux circulaires entourés de 4 colonnes engagées, sauf à la croisée où leur nombre est de 8 et à l’abside où les supports sont de plan losangé avec des angles abattus.

Les piles de la nef sont en grès, celles des collatéraux et de la tour en calcaire. Les murs des chapelles sont en brique avec chaînage calcaire.

La largeur de la nef par rapport à la hauteur est considérable; la forme des arcs rejoint presque l’anse de panier, ce qui donne peu d’élan à l’ensemble.

Les chapiteaux sont simplement moulurés, les grandes arcades sont tracées avec un arc assez aigu et leur profil est d’allure ondulée. L’étage médian est constitué par un faux triforium. Les loges ne communiquent pas entre elles et sont bordées par une balustrade ajourée. Une courbe festonnée encadrée par une archivolte tracée en accolade cerne chacune d’entre elles.

Les fenêtres hautes et les voûtes appartiennent à la restauration faite dans les années 1730. Les doubleaux sont divisés en rectangles sculptés de style classique.

Dans les bas-côtés, les voûtes présentent des liernes et des tiercerons, mais les nervures diagonales font par contre défaut, la plupart des chapelles ont été refaites à l’époque moderne. Les frises comportent une foule d’animaux et sont d’une grande richesse décorative.

 

La grande nef

Ce qui frappait le visiteur à son entrée dans l’église avant qu’elle fût décorée comme elle l’est aujourd’hui, c’est d’abord les lignes de la voûte, qui semblaient parallèles, ou peu s’en fallait, aux lignes du pavé, et par suite cette voûte paraissait moins élevée qu’elle ne l’est réellement . Puis il y avait deux travées …

Voir la page »

Le choeur

Avant tout on remarque de chaque côté une série de neuf personnages, accompagnés d’une inscription et remplissant les triangles en partie curvilignes de chaque côté des ogives , depuis l’entrée du chœur jusqu’au sanctuaire . Ce sont les neuf chœurs des Anges, placés là parce que, à cette même place et dans ce même chœur, …

Voir la page »

La demi-travée

INSCRIPTIONS POUR LA 10ème DEMI-TRAVEE  » Du côté de l’Epître : Laudate Dominum , omnes Angeli Ejus ».  » Du côté de l’Evangile : Laudate Eum in Atrio Sancto Ejus » . Cette inscription rappelle les prières incessantes et les louanges de Dieu que les chanoines d’Aire firent entendre ici même pendant tant de siècles . A …

Voir la page »

Le transept

Deux surfaces d’une largeur et d’une hauteur considérables se présentent à la vue du spectateur aux deux extrémités des bras de la croix de l’Eglise que nous visitons. Comme ces surfaces sont fort rapprochées de l’œil du visiteur , les bras de la croix étant fort peu accusés et l’Eglise ayant presque la forme d’une …

Voir la page »